Entre le Liban et la Roumanie: la francophonie

Médéa Toubia | 30/04/2018

Actu écoles

Visite

Les élèves du Lycée Montaigne de Beit-Chabab ont découvert la Roumanie grâce à la langue française qui continue de servir de trait d'union entre les peuples de cultures différentes. N'est-ce pas l'un des buts de la francophonie ?

«Dans le cadre du mois de la francophonie qui se déroule en mars dans les écoles, le Lycée Montaigne a lancé cette année un projet culturel autour de la Roumanie, sous le patronage de l'ambassade de Roumanie, en collaboration avec l'Association Roumanie-Levant», explique Naya Nasr chargée de communication à l'association. Pourquoi la Roumanie? «Tout comme le Liban, la Roumanie est un pays riche de ses différences, qui prône les valeurs soutenues par la francophonie, la paix, la démocratie et les droits de l'homme. Le français est enseigné dans la plupart des écoles de Bucarest et des grands centres urbains et cohabite avec d'autres langues, comme au Liban». Durant ce mois, Naya est venue à plusieurs reprises au Lycée Montaigne présenter la Roumanie aux 200 écoliers des classes de CE1, CM1 et CM2 en s'appuyant sur divers supports écrits et visuels. Aujourd'hui, la Roumanie, sa population, son histoire, sa diversité culturelle, ses traditions et son identité francophone n'ont plus de secrets pour les élèves des classes concernées par ce projet.

L'ambassadeur de Roumanie invité au Lycée Montaigne
À la clôture de leurs activités pédagogiques francophones, les élèves du Lycée Montaigne ont invité l'ambassadeur de Roumanie au Liban, M. Victor Mircea, et son épouse Laura, à juger de la qualité de leurs recherches et à apprécier les connaissances acquises. D'emblée, la délégation roumaine se sent chez elle. Et pour cause: Au Lycée Montaigne on parle, on chante et on danse roumain. Chaque visite de classe est une révélation sur les spécificités roumaines qu'elles soient géographiques, culinaires ou littéraires et «même sur les références mythiques», précise M. Mircea, amusé de constater que les écoliers sont très bien renseignés sur le comte Dracula, vampire immortel de Transylvanie dont l'histoire est fortement liée au règne du prince Vlad III de Valachie (Sud Roumanie). Interviewé sur le vif, M. Mircea apporte quelques informations sur le mode de vie du peuple roumain ainsi que sur sa langue d'origine latine qui présente de grandes similitudes lexicales et grammaticales avec le français. L'hommage est rendu à la francophonie qui rapproche les pays. Et de conclure: «Les élèves du lycée Montaigne se sont avérés être les meilleurs ambassadeurs de la Roumanie et de la francophonie».

Asma, Cécile, Chloé, Eva, Maria, Gracia, Nadim et tous les élèves du Lycée Montaigne ont reçu un mãrtisor (prononcer martzichor), cordonnet formé de deux fils tressés. L'un rouge représente l'hiver, l'autre blanc pour le printemps, symbolise le retour de la nature à la vie. Les Roumains mettent ce porte-bonheur à leur poignet tout au long du mois de mars, puis l'accrochent aux arbres, pour la chance. Le mãrtisor est une tradition ancestrale roumaine inscrite au patrimoine immatériel de l'Unesco.

Les plus lus