2002/10/05 Chhim durant l'antiquité

27/07/2009

Liban Patrimoine

Chhîm durant l’Antiquité


 


Au palais de Beiteddine, l’exposition « Chhîm, 2000 ans d’histoire » décrit la vie dans un site rural de l’Iklim el Kharroub. Cette exposition durera jusqu’au 7 janvier 2003*.


 


Il a suffi de six campagnes de fouilles** pour révéler le passé d’un village du Chouf à l’époque romano-byzantine. Là, vivait une population dont la principale ressource économique était la production d’huile d’olive.


 


La vie au village


À partir des vestiges, les archéologues ont reconstitué la vie à cette époque. Ils ont exposé leurs résultats sur des panneaux. Le visiteur apprend que les maisons de Chhîm étaient de forme carrée. Un pilier central soutenait un toit plat en terre battue auquel on accédait parfois par un escalier extérieur. L’intérieur de la maison était éclairé par des lampes à huile. Les habitants possédaient des cruches, des plats, des casseroles et de grandes jarres pour stocker les produits agricoles. Les découvertes de Chhîm ont permis de reconstituer une huilerie et son fonctionnement.


 


La vie religieuse


Les habitants avaient érigé au IIe siècle, un temple romain de style corinthien dédié à un dieu dont on ne connaît pas encore le nom. Plus tard, une basilique fut construite en face du temple. Son sol est entièrement recouvert de mosaïques que l’on peut voir à l’exposition. Une inscription permet de dater le bâtiment au Ve siècle. Une reconstitution de la basilique est exposée.


 


Parc archéologique


Afin de garder en mémoire l’histoire des hommes qui ont vécu sur cette terre il y a plusieurs siècles, il faut conserver le site. L’exposition de Chhîm montre par l’image un projet de mise en valeur du site.


 


* Cette exposition s’inscrit dans le cadre des activités culturelles du Ixe Sommet de la Francophonie. Elle a été réalisée grâce au soutien financier du ministère de la Culture au Liban, du ministère des Affaires étrangères de Pologne et de l’Université de Varsovie.


 


** Celles-ci ont été menées par une mission tripartite composée de représentants de la Direction générale des Antiquités, du centre polonais d’archéologie de l’Université de Varsovie et de l’IIFAPO.


 

Les plus lus