2006/12/02 Le village en terre de Taanayel

27/07/2009

Liban Patrimoine

Le village en terre de Taanayel 




Limiterla progression anarchique des constructions modernes, au profit d’habitations esthétiques, respectueuses de leur environnement ? Une démarche innovante qu’arcenciel - association de développement durable - a créé dans le paysage urbain de la Békaa.

Taanayel_1.gif


 

Le village en terre de Taanayel : Encourager l’architecture en terre pour préserver les paysage de la Békaa.

Séduisantes et adaptées aux conditions de vie modernes, cinq maisons en terre et à l’architecture traditionnelle, offrent un confort visuel et un bien être immédiat à tous ceux qui les approchent.


 

En construisant un village en terre, arcenciel ne cherche pas uniquement à louer des chambres et à loger des touristes, mais à diffuser un message.


 

Redécouvrir un savoir-faire ancestral


 

Les matériaux utilisés - la paille, le bois, la terre - présentent l’avantage d’être disponibles dans l’environnement proche et d’offrir un excellent isolant : les habitations sont plus fraîches en été, plus chaudes en hiver. L’enduit blanc des murs, les décors, les niches à eau, les cheminées et tous les détails y compris ceux du four à pain, ont été confiés à des artisans sensibilisés à ces techniques, dans le but de renouer la chaîne de transmission qui s’est rompue entre les bâtisseurs et leurs descendants. Intérêt économique non négligeable : “ La construction d’une maison en terre coûte le 1/3 d’une maison similaire construite en béton. Facile à réaliser, elle peut être érigée sans l’intervention d’un ingénieur civil ”, explique Houda Kassatly* qui fait partie de l’équipe d’arcenciel, responsable du projet



Taanayel_2.gif
En arabe la maison en terre est nommée “ beit akhrass ” (maison muette) parce que les ondes sonoressont très bien absorbées. Le sommeil y est d’une grande qualité.

Préserver les ressources naturelles et l’environnement

 

Le village s’engage à assurer une eau propre et une nourriture biologique et saine, à évacuer les eaux usagées de manière écologique et les visiteurs s’engagent à économiser l’eau pour préserver les nappes phréatiques, à éviter les emballages non biodégradables, et surtout, à garder ces bonnes habitudes à leur retour à domicile. “  En construisant avec des matériaux renouvelables (terre, paille, bois) qui ne causent aucune nuisance à l’environnement, on évite de léguer aux générations des résidus dont ils auront à se préoccuper ”.


 

Promouvoir un rapprochement dans la diversité


 

“ À travers ses clubs jeunesse et son village en terre, arcenciel crée des espaces et des lieux de rencontre et de rapprochement entre jeunes de régions et d’horizons très différents et contribue à faire tomber les barrières qui ont pris racines dans les préjugés et la méconnaissance de l’autre ”. Des animations sont organisées dans le village et ses environs, souvent avec les habitants de la région : cuisson du pain, fabrication des provisions alimentaires de l’hiver (mouné), découverte des plantes aromatiques et médicinales, randonnées, vendanges… “ arcenciel considère que le manque de moyens ne doit pas limiter l’accès aux services qu’elle propose. C’est pourquoi l’association offre une gamme de prix dégressifs pour permettre aux jeunes, qu’elle souhaite voir s’y rencontrer, de profiter sans mesure de ce écolodge ”.


 


*H. Kassatly est photographe et l’auteur de Terre de Békaa, patrimoine architectural.
**  arcenciel est membre de la Fédération Internationale des Auberges de Jeunesse (FIAJ). Taanayel : 08 544 881


 

 
 

Les plus lus