2007/02/10 Fesques médiévales de Kfarshliman

27/07/2009

Liban Patrimoine

Des fresques médiévales menacées de ruine

Les peintures murales des anciennes églises du Liban, risquent de disparaître à jamais. Les protéger, revient à sauver un patrimoine historique, culturel et artistique, inestimable. Une nouvelle association s’y applique, avant qu’il ne soit trop tard.



 


Sur les parois rocheuses, de la chapelle de Kfarshliman dans le jurd de Batroun, on peut voir des dessins retraçant des scènes de la vie religieuse, peints du temps des Croisés (XIIe-XIVe siècle). Rongées par l’humidité, la pluie ou la chaleur excessive, usées par le temps, abîmées par la maladresse des visiteurs, ces peintures auraient pu être


complètement détruites, si l’association pour la Restauration et l’Etude des Fresques Médiévales du Liban, n’était intervenue pour les sauver. “ Le projet consiste à remettre ces vestiges dans leur état d’origine et protéger ces témoignages, laissés par des artistes du Moyen âge” explique Mme Ray Mouawad, l’un des 4 membres fondateurs de l’association. C’est leur 1er projet de rénovation, entrepris grâce au financement accordé par l’Association Philippe Jabre (APJ). “ La Direction Générale des Antiquités a donné son accord. Elle s’occupe de consolider la structure architecturale du sanctuaire de Kfarshliman. Nous avons sollicité deux expertes italiennes professionnelles de la restauration, Livia Alberti* et son assistante Alessia, qui ont déjà commencé le nettoyage et la rénovation des fresques ”, précise Ray. Durant leur séjour, elles initieront une équipe libanaise aux techniques du métier, pour prendre la relève. “ La restauration, puis l’étude des fresques permettrontde donner des réponses sur l’origine des peintres, leur style, leurs techniques, les colorants utilisés. ”



 Un projet à plusieurs facettes



L’association a répertorié une vingtaine d’églises des régions de Jbeil, Batroun, Koura et la Qadisha, dont il faudrait restaurer les fresques. Mais les fonds ne sont pas assurés. Et pourtant,il y a urgence. Les habitants de ces régions ne devraient-ils pas être les premiers àpréserver ces trésors qu’ils côtoient ? Sans aucun doute. “Une fois restaurées, ces églises du Moyen-âge, pourront faire partie d’un certain itinéraire touristiqueet représenter une source de revenus importants pour les villages où elles sont situées ”.



L’Association pour la Restauration et l’Etude des Fresques Médiévales du Liban



Les membres de l’association : Nada Hélou (U.L), Ray Mouawad (LAU) et Souad Slim se proposent de réunir les conditions techniques, financières et administratives pour sauver les fresques des églises médiévales et mettre en valeur le patrimoine qu’elles représentent pour le Liban.



E-mail : rayjom@inco.com.lb Tél : 03-738 734.



 * Livia a effectué un travail remarquable de restauration à Mar Moussa al Habashi (Syrie), ainsi qu’au Yémen.

KFARSH_6.gif

Les pigments pour la peinture étaient des poudres végétales ou minérales.

Les plus lus