Le Tent pegging, une première au Liban

Maria PASCALIDES | 29/08/2014

Sport

Un cavalier piquant la lance dans la cible. Photo: Martin el-Hage

Equitation

Au centre hippique de Spring Hills, une trentaine de cavaliers, confirmés et débutants, ont participé à la compétition du Tent pegging, une première au Liban pour une discipline reconnue internationalement.

À 10 heures, le coup d'envoi de la compétition est lancé dans une ambiance surchauffée. Un bémol à la fête : l'absence de la cavalerie de la gendarmerie libanaise et la présence du représentant d'un seul club équestre, alors que tous étaient invités. Mais, ceci ne freine pas l'enthousiasme des présents. Tour à tour, les équipes, formées chacune de 4 cavaliers, s'élancent soit au galop pour les confirmés soit au trot pour les débutants, chacun tenant en main une lance qu'il pique dans le peg, cible plantée au sol. Ceux qui parviennent à le faire remportent 2 points. Ceux qui se déplacent en maintenant la cible au bout de la lance sur moins de 10 mètres gagnent 4 points et sur plus de 10 mètres, 6 points.
Puis, ils mesurent leur habileté dans une seconde épreuve « la joute de l'anneau » : Le cavalier enfile avec sa lance un anneau placé sur une potence. Celui qui décroche le plus d'anneaux obtient le plus de points.
« Le Tent pegging, souligne Antoine Abou Dib, membre de la fédération équestre libanaise, favorise l'agilité et l'habileté du cavalier ainsi que l'équilibre et la rectitude du cheval. C'est une façon ludique de s'entraîner. Cette discipline est très populaire en Grande Bretagne, en Inde, au Pakistan, en Australie, en Afrique du Sud et dans certains pays du Golfe. Il serait temps de l'introduire au Liban, la fédération équestre libanaise étant membre de la fédération internationale du Tent pegging. »
« Le taux élevé de réussite aux passages des pegs et des anneaux nous encourage à renouveler ce concours et à former une équipe junior qui représenterait le Liban aux concours internationaux. » (Carla Ltaif, monitrice et gérante du centre hippique de Spring hills et de l'école d'équitation de Faqra.)

Témoignages
Pour Paola Noun et Wadih Tadros, tous deux passionnés d'équitation, le Tent pegging est une détente qu'ils apprécient surtout après les cours d'entraînement au saut d'obstacles. Toutefois, avouent-ils, pour pratiquer cette discipline, il faut avoir une bonne connaissance des bases de l'équitation, savoir galoper, ralentir, contrôler son cheval, le maintenir en ligne droite, et avoir une bonne relation avec lui. « L'équitation, explique Paola, est un sport d'équipe formée du cheval et du cavalier. Il faut établir le dialogue avec son cheval pour en tirer le meilleur. » «Il faut être à l'écoute de son cheval, ajoute Wadih, connaître son caractère, savoir ce qu'il veut faire, ce qu'il aime, mais aussi lui faire comprendre que c'est moi le maître. Il ne faut pas oublier aussi que le cheval est un être vivant, indépendant, très puissant qui peut parfois être imprévisible. Il faut être prêt à tout avec lui. » « Même si le cheval peut nous trahir et nous jeter à terre, conclut Paola, il faut l'aimer et lui faire confiance. »

Les gagnants
Christopher Klink (cavalier confirmé) et Sara Samaha (cavalière débutante). Un prix a été décerné à l'équipe turquoise formée de Gebran Skaff, Théa Tabet, Yasmina Nehmé, Capucine Le Bloa. Une attestation de participation a été remise à chacun.

 

Les plus lus