Des baguettes anti intox

Cynthia Stephan | 08/09/2014

Santé

Les scandales alimentaires font partie du quotidien en Chine. Du lait contaminé à la mélamine avait même provoqué en 2008 la mort de six enfants.

Chine

En Chine, où les scandales alimentaires sont légion, depuis les huiles de cuisson frelatées jusqu'à la viande de renard, le géant de l'Internet Baidu a conçu des baguettes « intelligentes », capables d'analyser le contenu des aliments.

Dans une vidéo qui fait le buzz actuellement sur le Web,  on voit la paire de baguettes -fines mais bourrées d'électronique- être plongée successivement dans plusieurs bols d'huile de cuisson.
Des capteurs analysent la température de l'huile et sa composition, et un smartphone connecté aux baguettes affiche ensuite les diverses informations recueillies : si l'huile est jugée impropre à la consommation, une lumière rouge sur les baguettes s'allume.

Pourquoi de telles baguettes ?

La Chine est régulièrement secouée par des scandales dits de « l'huile de caniveau », c'est-à-dire d'huile frelatée, fabriquée à partir d'huiles déjà utilisées et autres déchets récupérés à la sortie des restaurants, et revendue ensuite à prix cassé et en toute illégalité aux petits restaurateurs et vendeurs de rue.
Les autorités sanitaires avant tenté l'an dernier d'enrayer ce business florissant : une centaine de personnes avaient été interpellées et vingt emprisonnées (dont deux écopant d'une détention à perpétuité), au cours d'une campagne très médiatisée.

À quand la commercialisation ?

Ces "baguettes intelligentes" ne sont pas encore disponibles à la vente, Baidu n'ayant fabriqué pour l'instant qu'un nombre limité de prototypes, a précisé le porte-parole du groupe, qui n'a pu avancer aucune date de lancement sur le marché.
Sur les réseaux sociaux chinois, l'invention était saluée chaleureusement par les internautes, qui déploraient cependant avoir besoin d'un tel objet.
« Comment apprécier sa nourriture dans ces conditions ? », se lamentait un utilisateur.
« Si j'emporte ces baguettes partout avec moi, je finirai par mourir de faim », ironisait un autre.

 

Les plus lus