Carlos, hip-hop attitude

Maria PASCALIDES | 28/05/2015

Actu Ados

Danse

À 25 ans, Carlos Abou Nader a fait de sa passion pour le hip hop une carrière. Parcours d'un jeune qui a adopté la culture hip-hop.

Pantalon buggy, blouson à capuche, baskets, piercing, chaîne (bling bling) au cou et pour parfaire l'ensemble casquette inclinée sur le côté, vissée sur la tête, Carlos Abou Nader affiche le total look d'un danseur de hip hop. Ce style vestimentaire confortable favorise les mouvements, l'aisance, le déplacement. Mais l'habit ne faisant pas le moine, Carlos souligne : « Pour être un bon danseur de hip hop, il faut avoir du groove (rythme) et de la souplesse. Il faut laisser son corps s'exprimer librement avec la musique et débrider sa créativité. Ce style de danse permet d'exulter le stress et se revigorer. C'est un bon défoulement. Le hip hop peut être dansé seul, « en free style » en improvisant des pas et en créant son propre style ou en groupe. »
La passion de Carlos pour le hip hop n'est pas nouvelle. À 12 ans, Carlos écoute le rap, imite les pas des danseurs de hip hop qu'ils voient à la télé et leur style vestimentaire. Ses parents voient d'un mauvais œil la transformation de leur fils mais pensent qu'il changera en grandissant. Ce n'est pas le cas. À 18 ans, Carlos s'inscrit à un cours de hip hop à l'institut Makriss. « Un an et demi plus tard, Georges Makriss constatant mes progrès rapides, me conseille de suivre des stages chez lui, pour développer mon talent et me propose de donner des cours. » Depuis, Carlos enseigne le hip hop. « J'enseigne aussi bien le Krump que le LA style. Le Krump est une forme de hip hop non-violent bien qu'il puisse paraître agressif, à cause des mouvements très rapides et de la rage ou de la colère qui se lit sur les visages des danseurs. Quant au LA style, poursuit-il c'est de la street dance plus commerciale : fluide mais toujours vive avec des pulsations du mouvement corporel décomposés ou non. Il n'y a pas de limite d'âge pour le hip hop. Il plaît aux adolescents et il attire même des enfants dès l'âge de 3 ans.
Carlos cherche toujours à progresser. Il participe à des ateliers de hip hop. Il se tient au courant des nouveaux styles. » Je participe aussi à des « battles ». La dernière était à Nice. Notre équipe a remporté la 5e place sur 77 participants. »Plus tard, s'il ne danse plus, Carlos continuera à s'investir dans la chorégraphie.

À savoir
Le hip hop est apparu à New York dans le Bronx au début des années 1970. Il est originaire des quartiers noirs et latinos de New York. Très vite, il se développe dans tout le pays puis dans le monde au point de devenir une culture urbaine. La culture hip hop comprend plusieurs disciplines : rap, DJing, break dance, beat boxing et graffiti.

Les plus lus